Zéro déchet

Faire son potager avec des semences ancestrales

Sachet de graines du Nutritionniste urbain
Facebook
Google+
https://www.desmontrealites.com/semences-ancestrales-nutritionniste-urbain/
Twitter
Pinterest

Aujourd’hui, je vous parle de ma dernière petite passion, les semences ancestrales du Nutritionniste urbain.

Petite confession. Je n’ai pas vraiment le pouce vert. Mes plantes intérieures ne durent jamais très longtemps. J’ai même réussi à tuer une succulente l’année passée (ouin…).

Mais! Comme tout s’apprend dans la vie, cette année j’ai décidé de devenir bonne. Eh oui! Facile de même. L’agriculture urbaine est un excellent moyen de vivre davantage selon la philosophie zéro déchet, et j’adore essayé de nouveaux trucs. Un potager sur mon balcon? Oui SVP!

L’idée m’est venue quand je suis tombée sur les livrets de semences ancestrales en vente sur la boutique en ligne du Nutritionniste urbain.

Kit de semences ancestrales

Pour ceux qui me connaissent un peu, vous savez que je RAFFOLE du Nutritionniste urbain. Je dévore(héhé) tous ses textes. Sa vision dépasse largement les effets des aliments sur notre propre corps. Il réussit à expliquer très simplement les effets de nos choix alimentaires sur la planète.

D’ailleurs, je vous conseille fortement son livre Sauver la planète une bouchée à la fois. Une lecture que tout le monde devrait faire dans sa vie!

 

Les semences ancestrales

L’agriculture urbaine est un thème qui revient souvent dans les articles de Bernard Lavallée (le vrai nom du Nutritionniste urbain, oui oui!)

Il prône une alimentation qui est bonne pour les humains, mais aussi pour la planète. Et qui dit santé de la planète, dit biodiversité alimentaire :

Si nous pouvions retourner un siècle en arrière et visiter les potagers de nos arrière-grands-parents, l’immense diversité de fruits et de légumes nous surprendrait probablement. Rien à voir avec les quelques variétés disponibles dans les supermarchés. C’est que nous avons perdu la majorité des variétés de plantes potagères en à peine cent ans.

Enter son projet de semences ancestrales.

Élaborées en partenariat par une semencière de Montréal, elles regroupent des variétés anciennes, non génétiquement modifiées. Le but? Faire vivre des variétés en voie de disparition, adaptées au climat québécois.

Les graines de tomates Mémé de Beauce, par exemple, ont été trouvées dans le grenier d’une maison abandonnée à Saint-Joseph-de-Beauce, où il n’y avait pas eu de potager depuis plus de 60 ans. De ces graines, 3 ont germées. Et toutes les tomates Mémé de Beauce d’aujourd’hui proviennent de ces 3 plants!

2 livrets de semences ancestrales

Cinq kits de semences ancestrales sont nés de cette collaboration entre la semencière et le Nutritionniste urbain. Chacune a une thématique particulière : apprendre à jardiner (Mon premier potager), découvrir le patrimoine alimentaire d’ici (Variétés québécoises), redéfinir les mauvaises herbes (Les bonnes herbes), aider la biodiversité (Abeilles et pollinisateurs) et diversifier son alimentation (Les méconnues).

 

Kits de départ du potager

C’est décidé, je voulais moi aussi faire pousser mes fruits et légumes sur mon balcon, et en même temps contribuer à la conservation de variétés anciennes ou disparues. Je vais apprendre à jardiner comme du monde!

Pour mon expérience en agriculture urbaine, j’ai décidé de débuter par le livret Mon premier potager, qui contient :

  • Tomate Savignac
  • Laitue Ibis
  • Haricot Beurre de Rocquencourt
  • Basilic Genovese

Ainsi que par le livret Variétés québécoises, qui inclut :

  • Haricot Grand-Mère
  • Tomate Petit Moineau
  • Melon de Montréal
  • Tomate Mémé de Beauce

Bref. J’aurai ben de la tomate! Je vous inviterai pour un party de gaspacho. J’ai dû m’attacher les mains pour ne pas aussi acheter Les bonnes herbes (avec plein de «mauvaises herbes» tout à fait comestibles), ainsi qu’Abeilles et pollinisateurs, pour aider nos amis à 4 ailes.

Mais mon balcon n’est pas si grand, et je n’ai pas encore fait mes preuves en tant qu’agricultrice urbaine. Attendons de voir la verdure de mon pouce, à la fin de l’été!

Une amie m’a toutefois gracieusement offert une portion de son lopin de jardin communautaire. Je vais donc peut-être aller chercher d’autres graines, histoire de ne pas faire les choses à moitié. Party de graines! (euhh…). 

Graines de tomates du Nutritionniste urbain

 

Faire mes semis

Voulant tester l’expérience «Nutritionniste urbain» jusqu’au bout, j’ai décidé de suivre ses instructions dans l’article Comment faire ses semis pour le potager? 

Première étape? Trouver des petits pots en plastique faciles à trouer, comme des petits pots de yogourt.

Bon, je ne mange pas vraiment de yogourt, encore moins en emballages individuels. Mais bon, je ne voulais pas acheter de pots en plastique. Et ça me tentait de tester la marche à suivre exacte du Nutritionniste urbain!

J’ai donc enquiquiné mon réseau, à la chasse au p’tits pots de yogourts. Bingo! En quelques jours, j’ai récupéré assez de petites maisons en plastiques pour abriter mes bébés plantes.

Et en guise de « dôme en plastique» pour couvrir les semis? Quelques plats Tupperware qui traînaient depuis des lustres au bureau, aux propriétaires perdus dans la brume.

Je suis en business pour partir mes semis de variétés ancestrales, yeehaw!

Suivez mon aventure potagère dans un prochain article!

 

J'ai testé les semences ancestrales du Nutritionniste urbain

Facebook
Google+
https://www.desmontrealites.com/semences-ancestrales-nutritionniste-urbain/
Twitter
Pinterest

Vous aimerez aussi

Pas de commentaires

Répondre

Cet article vous a plu? Partagez le mot!